Villeurbanne : l'heure est à la reconquête

Publié le par Olivier TRONEL-BOCCARA

image0-2011-03-28-11-57-52--0000Ce lundi est un lendemain de deuxième tour un petit peu partagé. Nous avons vécu une campagne très intense. En effet, notre section de Villeurbanne, si grosse soit-elle, avait trois cantons renouvelables ce qui nécessitait une logistique importante. Le couple de militants que je forme avec Camille était tiraillé entre les trois cantons. Nous vivons dans le canton centre et nous vivions l'un et l'autre auparavant dans chacun des deux autres cantons. Nous avons remporté une belle victoire dans les cantons Nord et Sud. Dans le Nord, Bernard Rivalta représentait le genre d'élu qui fait que bon nombre de nos concitoyens se sont détournés de la politique. En quatre années vécues dans le canton nord, je ne l'ai jamais vu sur son canton et je ne l'ai vu qu'une fois assister à une AG de section, quand il défendait la candidature de Laurent Fabius à la désignation en 2006. Gilbert-Luc Devinaz est au contraire ce genre d'élu qui fait plaisir à côtoyer. Élu de terrain - au sens propre comme au figuré (il est adjoint au maire de Villeurbanne chargé des sport) - il a fait une belle campagne et il a mérité de nous représenter au conseil général. Bon courage à lui ! Dans le Sud, Claire Le Franc succède à Lilian Zanchi. Ce dernier s'est brulé les ailes à vouloir aller contre sa formation politique et avait d'ailleurs appliqué la politique de la chaise vide les dernières années de son mandat. Quant à Claire Le Franc, sa belle campagne pas gagnée d'avance nous a permis de gagner ce canton. Mais le point noir vient du canton centre. Malgré sa campagne très active, Richard Llung et sa suppléante Fabienne Atlan n'ont pas réussi à battre Béatrice Vessillier qui a fait une campagne dont le principal argument était de dire que Jean-Paul Bret avait "viré" trois adjoints de leurs délégation en juin suite au maintien de sa candidature contre Richard Llung. Elle n'a pas eu l'attitude courageuse de mon amie Christine Priotto, qui malgré un excellent score au premier tour, s'est désisté au profit du candidat EELV. Cette défaite fait d'autant plus mal que ce canton était emblématique du socialisme villeurbannais. En effet, ce canton fut détenu par deux figures socialistes, Gilbert Chabroux et Raymond Terracher, dont le souvenir était très présent hier soir. Quoiqu'il en soit, il est des défaites qui font mal mais qui permettent de rebondir et d'espérer des lendemains plus couronnés de succès. C'était le cas hier soir !

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Frédéric Vermeulin 29/03/2011 09:20



Tu as raison, Olivier, il faut regarder devant. Nous allons rebondir, et avancer !