L'éternelle légende de Pink Floyd

Publié le par Olivier TRONEL-BOCCARA

PINK-FLOYDDARKSIDE.jpgLe sujet du jour n'est absolument pas lié à l'actualité mais j'avais envie de profiter de mon blog pour vous faire partager ma passion pour ce groupe anglais mythique qu'est Pink Floyd.

Jusqu'au début des années 90, je ne connaissais de ce groupe que l'album des gens de ma génération - ceux qui étaient ado dans les 80's - : The Wall. Et un jour une amie m'a conseillé d'écouter "Wish You Were Here". Et lorsque j'ai écouté la première chanson, "Shine On You Crazy Diamond" (13 minutes tout de même), il était trop tard, j'avais attrapé le virus. J'ai réalisé que le solo de guitare de David Gilmour avait eu raison de moi.

Je me suis fait prêter ensuite un autre album, "Dark Side of The Moon" afin de vérifier ma passion était née. Outre le célèbrissime "Money", il y a dans cet album un petit bijou : "The Great Gig In The Sky", un exercice vocal de Clare Torry, qui, encore maintenant, me donne la chaire de poule. Vint ensuite le monumental "Echoes" dans le live In Pompeii.

Et arriva ce 11 septembre 1994. Ce jour-là, j'ai vu en chair et en os David Gilmour, Nick Mason, et le regretté Rick Wright dans l'enceinte du stade de Gerland. Et j'ai pu entendre le solo guitare et l'exercice vocal susnommés, mais également le solo batterie de Nick Mason avec ses baguettes phosphorescentes dans "Time" et bien d'autres. Après avoir acheté l'intégralité des albums, j'ai constaté que ma passion pour le groupe de Cambridge était intacte. J'ai évidemment des préférences. Je suis moins fan des deux derniers albums, "A Momentary Lapse Of Reason" et "The Division Bell". Manquait la patte de Roger Waters. J'écoute encore "Shine On..." lorsque j'ai besoin d'apaisement. Je ferme les yeux et j'écoute et... je suis bien !

Publié dans Culture

Commenter cet article